Les chaudières au gaz

Bien choisir sa chaudière, c'est s'informer, comparer les différentes technologies, mais aussi se poser les bonnes questions.

La chaudière basse température

 

Les chaudières classiques fonctionnent généralement à une température d'eau interne élevée et leurs fumées à haute température en tirage naturel : une dépense importante aussi bien en énergie que sur votre facture à la fin du mois. Les chaudières basse température sont conçues de façon à limiter la température minimale (nécessaire pour prévenir toute condensation interne) et pour rejeter des fumées à température plus basse. De fait, ces chaudières présentent un meilleur rendement.

Pour vous faire bénéficier d’un confort thermique optimum, une chaudière basse température peut être associée à des radiateurs à chaleur douce et/ou des planchers chauffant, et comporter un brûleur se régulant selon la température extérieure.

Les chaudières basse température peuvent être raccordées à tout type d’émetteurs existants (tels que des radiateurs classiques). Dans le cadre d’un projet de rénovation, un complément d’isolation thermique fait que les anciens émetteurs sont surdimensionnés : ils peuvent fonctionner avec une température plus basse par temps froid. Ceci permet des économies supplémentaires. Ainsi, si vous envisagez de remplacer votre ancienne chaudière par une chaudière basse température, pensez à demander à votre installateur de s’assurer que vos émetteurs (radiateurs) peuvent fonctionner en mode chaleur douce.

Pour un rendement et un confort optimum, les chaudières basse température peuvent être raccordées à un plancher chauffant basse température et/ou à des radiateurs chaleur douce (c'est-à-dire dimensionnés pour une température de retour inférieure à 50 °C).

Les plus de la chaudière basse température:

  • Un rendement de près de 90 %
  • Un très bon confort de chauffe
  • Jusqu’à 20 % d’économies d’énergies

La chaudière à condensation

 

Dans une chaudière "classique" ou basse température, les fumées issues de la combustion du gaz naturel et la vapeur d'eau qu’elles contiennent sont rejetées dans l'atmosphère au lieu d’être exploitées. Conçue pour tirer profit de cette énergie, la chaudière à condensation optimise ses performances thermiques en la récupérant.

1- La combustion : Lors de la mise en marche de la chaudière, le circuit d’eau est réchauffé par le brûleur gaz naturel. La combustion du gaz émet des fumées contenant de la vapeur d’eau à haute température valorisée lors du processus de condensation (voir 3).

2- L'émission de chaleur : L’eau chaude produite est distribuée par la pompe dans le circuit de chauffage auquel sont raccordés les radiateurs ou le plancher chauffant, posés dans chaque pièce du logement.

3- La condensation : L’eau de retour du circuit chauffage, refroidie, revient vers la chaudière et capte au travers d’un échangeur une partie de l’énergie contenue dans les fumées. Au contact de la paroi froide, la vapeur d’eau qu’elles contiennent se condense en libérant de la chaleur : les fumées sont refroidies et l’eau réchauffée. Le maximum d’énergie a été tiré de la combustion du gaz naturel.

4- Evacuation des condensats : L'eau résultant de la condensation (les condensats), est ensuite évacuée vers le réseau des eaux usées.

Les plus de la chaudière à condensation:

  • La plus performante des chaudières au gaz avec un rendement de près de 109 %
  • Confortable, économique et respectueuse de l'environnement
  • Jusqu’à 30 % d’économies d’énergies

La chaudière à micro-cogénération

  • La cogénération consiste simplement à produire simultanément de la chaleur et de l’électricité à partir d’énergie primaire.
  • La micro-cogénération concerne les équipements plus spécifiquement adaptés aux usages domestiques.
C’est une unité compacte, produisant chaleur et électricité pour le secteur résidentiel individuel, permettant de couvrir :
  • 100% des besoins de chaleur.
  • Plus de 50% des besoins d’électricité.

Pour plus de renseignements: la micro-cogénération.

Demande de devis gratuits